Avant 1938

Bien avant que paraisse l'Arrêté Royal du 15 mars 1935 réglant l'organisation générale des services incendie, les administrateurs communaux flémallois s'étaient assurés des moyens de protection pour leurs administrés ainsi que pour leurs biens.

Une convention avait été conclue avec le corps des pompiers de la ville de Liège, ainsi qu'avec les usines:  Phénix Works et usines Tubes Meuse.  

1938:

Création du centre de groupe régional. Le premier corps de volontaires était entièrement composé de membres du service communal des travaux.

L'effectif prévu était de 10 hommes, mais le premier noyau n'était constitué que de 7 hommes: Un chef de corps (Hubert LEFEVRE), Un chauffeur (Arnold DANTINNE), Cinq sapeurs (Isidore DECRAMER, Louis DENEE, Raymond ]OIRET, Léonard LAUREYSSENS,Ernest RAYMOND).

Ils disposaient d'un véhicule du service des travaux  (un F.N. à benne basculante), de deux motopompes (BEDUWE et WASTERLAIN) accompagnées du matériel adéquat de refoulement et arrosage.

Le territoire qu'ils avaient à défendre s'étendait sur 1384 ha et comportait environ 16 000 habitants.

1941-1945:

Le 11 mai 1940, les trois membres du corps non rappelés sous les drapeaux, mais cependant encore rappelables (LEFEVRE, DANTINNE,DECRAMER) quittent Flémalle afin" ...de passer vers l'arrière en ordre de service, avec leurs Officiers.... ...mettre les véhicules et le matériel en sécurité et à la disposition des autorités militaires belges".

Après ces évènements, le corps doit se régionaliser sur de nouvelles bases, car  il faut prévoir une éventuelle augmentation des risques du fait de l'état de guerre. L'effectif est porté à 12 hommes plus le chef de corps. Le statut de corps professionnel est également adopté, afin de mettre un maximum de membres des services communaux à l'abri des réquisitions du S.T.O.(Service du Travail Obligatoire en Allemagne)

Le 1er juillet 1945, le corps des pompiers est transformé en un corps volontaire. Le personnel occupé à ce service est reversé au service des travaux .

1946-1956:

C'est en 1946 que Hubert LEFEVRE, qui commande le corps depuis sa création, demande et obtient sa démission honorable. Il sera remplacé dans ses fonctions par Jean DELCHAMBRE.

L'année 1950 est marquée par un fait très important qui aura une influence décisive sur l'évolution ultérieure du corps: un incendie s'est déclaré dans les bâtiments du service communal des travaux la nuit du 3 au 4 août. Le sinistre a provoqué des dégâts très importants aux bâtiments de ce service et a, entre autres, anéanti le matériel roulant, la motopompe et les accessoires du service incendie, ainsi que le local affecté à ce service.

Suite à la session de formation de 1955, notre bourgmestre André COOLS obtient le brevet d'officier.

1956-1987: 

Le cadre est réorganisé et se compose de :


1 officier commandant du corps .

1 officier sous-lieutenant .

1 officier-médecin..

4 sous-officiers .

4 caporaux

19 sapeurs-pompiers


soit en tous 30 hommes.
En 1957, une autopompe lourde remplace le camion F.N. En juillet 1960, une convention d'assistance mutuelle est signée entre les centres de groupe de Flémalle, ]emeppe et Seraing.

1968-1976:

Le 2 septembre 1968 le commandant DELCHAMBRE demande au collège échevinal de bien vouloir le décharger de la direction du corps des sapeurs-pompiers. Le Collège, parmi les membres du corps porteurs du brevet, désigne: M. Edmond TIRTIAT au grade de sous-lieutenant-commandant. M.Raymond DEFAUW au grade de sous-lieutenant. Le commandant en titre étant en congé, détaché au cabinet du vice-premier ministre, R. DEFAUW exercera le commandement ad intérim. L'année 1969 voit l'entrée en service d'une nouvelle autopompe semi-lourde INTERNATIONAL haute et basse pression, dotée d'un émetteur-récepteur radio. En raison d'incidents cardiaques répétés, le commandant a.i. se voit dans l'obligation de restreindre ses activités et de se limiter à l'exercice des ses activités professionnelles dans le privé. Il demande à pouvoir quitter le corps, et la démission honorable lui est accordée fin février 1970. Faute de candidat remplissant les conditions prévues par le règlement organique, la direction du corps est confiée au sergent-major André ILIAENS, qui sera assisté par le sergent-major jean BEGON pour la partie administrative. Ils seront promus au grade de sous-lieutenant en 1970. L'année 1973 est marquée par un événement dramatique: lors d'une intervention sur l'autoroute de Wallonie, à hauteur de Horion-Hozémont, le 1er sergent VINCINAUX trouve la mort, alors qu'il tentait de canaliser la circulation pour permettre le dégagement des blessés. Né en 1931, entré en service en 1953, notre ami Raoul avait acquis, en près de 800 présences en intervention, une expérience qui lui avait permis jusqu'alors de ne souffrir que des quelques blessures légères, contusions et brûlures qui sont le tribut courant que doit accepter tout sapeur digne de ce nom. Après tant de dangers surmontés, sa vie a pris fin ce jour-là par la faute d'un conducteur trop pressé.

Delchambre J. DeFauw R. Iliaens A. Vincinaux R.

1976-1986: 

Les fusions de communes.

Le début de cette période est marqué, au niveau des pouvoirs communaux, par les préparatifs des fusions de communes et l'élaboration des avis à émettre quant aux répercussions des services de secours.

Pendant toute la période 76 -86, la gestion intégrale du matériel sera assurée par le S.R.I. de Liège.

A partir de juin 1981, date à laquelle est prononcée la dissolution du corps de sapeurs-pompiers volontaires de Flémalle et le transfert du personnel au S.R.I. de Liège, il en sera de même pour ce qui est de la gestion de ce personnel. C'est aussi pendant cette période que se situe le second accident mortel qui endeuillera le corps de Flémalle.

img5
Mossoux J.

Le sort frappera cette fois notre ami Jean MOSSOUX.né le 28 septembre 1928, Jean est entré au service le 1er avril 1957. Promu caporal en 1969, il avait été blessé une première fois en avri1 1977, lors d'une intervention à Engis où, au cours d'un orage, un arc électrique s'est établi entre une ligne de 15 000 volts et une antenne de T.V. qu'il démontait.

Le 20 octobre 1982, il participe à une opération de sauvetage d'un alpiniste en difficulté dans une carrière communale de Flémalle, lorsqu'un bloc se détache de la paroi, à 20 mètres au-dessus du groupe des sauveteurs, et provoque leur chute au fond de la carrière. L'alpiniste, le caporal Fantini et le sapeur Hary ne sont que légèrement blessés, mais Jean MOSSOUX, atteint de plein fouet par la pierre, a été tué sur le coup.

Le 1er juillet 1986 :

Se séparant du S.R.I. de Liège et reprenant sa complète autonomie à la date du 1er juillet 1986,le nouveau corps prendra la dénomination de

"Service Communal d'Incendie de Flémalle"

Extrait du document réalisé par R. DE FAUW à l'occasion du 50e anniversaire du Corps (1988)

1986:

Création du nouveau SERVICE COMMUNAL D'INCENDIE DE FLEMALLE
   

Sur base de la Loi du 11/01/1984 (Loi Cools), modifiant l'article 10 de la Loi du 31/12/1963 sur la Protection Civile, à l'initiative du Bourgmestre André Cools, le Service Communal d'Incendie de Flémalle est créé et devient effectif à la date du 1er juillet 1986. Il constitue un corps mixte autonome et est qualifié de service volontaire

Dés 1989, André cools envisage la création d'un nouveau casernement. C'est le projet de construction d'une nouvelle caserne après démolition de l'ancien garage communal qui est retenu. Les travaux débutent le 1er mars 1993. Le nouveau bâtiment est inauguré le 02 octobre 1993.

Malheureusement, André Cools, lâchement assasiné le 18 juillet 1991, n'a pas vu la réalisation de ce projet qui lui tenait tant à coeur. Mais,grâce à lui, la commune de Flémalle dispose d'un service perfomant. Son oeuvre continue

En date du 1er janvier 2010,

Le service d'incendie de Flémalle a intégré l'Intercommunale d'Incendie de Liège et Environs.

La caserne des pompiers de Flémalle est à présent un poste avancé de l'I.I.L.E.-S.R.I..

Le personnel est constitué de 2 professionnels et 41 volontaires.

En collaboration avec les autres casernes de l'I.I.L.E. - S.R.I.

Ils assurent la protection du territoire qui leur est attribué :

Flémalle, Engis,  une partie de Saint-Georges et Neuville-en-Condroz